IM, Great Priest Imhotep

January 26, 2018

Depuis qu’elle est toute petite, Hinome n’a aucun ami. À l’école, on la dit maudite… Et pour cause : chaque son qui sort de sa bouche se transforme en flamme mortelle ! Alors qu’elle rentre comme d’habitude chez elle sans avoir parlé à qui que ce soit de la journée, elle tombe sur un étrange garçon en pleine cavale dans les rues de Tokyo. Elle lui propose de l’héberger, avant de découvrir qu’elle a devant elle rien de moins qu’Imhotep, le plus grand prêtre-sorcier de l’Égypte ancienne ! Malgré ses airs d’adolescent, il cache d’immenses pouvoirs… si grands qu’il s’est attiré la colère des dieux. Considéré comme le pire criminel de tous les temps, il a été condamné à un sommeil artificiel…


Mais des milliers d’années plus tard, le monde est de nouveau menacé par les Magai, des démons maléfiques, et les geôliers d’Im n’ont d’autre solution que de faire appel à lui pour régler le problème. Imhotep, qui voue une haine profonde à ces créatures, ne se fait pas prier pour les éliminer… en commençant par celle qui avait pris possession du corps de Hinome ! Réunis par le destin, Im et la jeune fille se lancent dans un combat sans pitié, avec pour le mage une chance de trouver la rédemption au bout du chemin.
Commence alors la traque aux démons qui sera rapidement entravée par l'arrivée d'un autre être venu du passé…


Vous l’aurez compris avec le pitch, IM n’est pas un manga historique. On a ici une sorte d’évolution de personnage ayant existé (Imhotep était l'un des plus grands mages de l'antiquité égyptienne mais aussi architecte, médecin et vizir du pharaon Djezer – connu pour sa pyramide à degrés de saqqarah construite par Imhotep justement il y a près de 4600 ans). Nous avons ici un Imhotep au physique d’adolescent, qui arrive au Japon pour combattre des êtres démoniaques. Voici un choc des cultures et des protagonistes aux caractères bien différents, ce qui amène des situations comiques intéressantes.

 

Graphiquement, nous sommes dans un shonen typique d’aventure. Makoto Morishita a un trait fin et caricatural pour le côté humoristique. La patte féminine de la mangaka se ressent notamment via les nombreux personnages mignons qui regorgent dans le récit, qu’il s’agisse de la mascotte Anubis ou d’Imhotep lui-même. Les décors, eux, sont assez pauvres mais les créatures sont pas mal recherchées et leur côté égyptien ressort très bien. Les scènes d'action sont assez chargées mais restent fluides et dynamiques et les personnages sont plutôt charismatiques.


La mythologie égyptienne imprègne le récit bien évidemment avec de nombreuses références à la culture de l’Egypte antique. Vous y retrouverez aussi une profusion de symboles égyptiens comme les hiéroglyphes, la croix d’Ankh ou les Némès (coiffe royales des pharaons) et y croiserez quelques dieux comme Ptah, Râ  ou Thot.


Dès le second tome, le scénario est bien accrocheur et tout fonctionne parfaitement.
Ce manga nous offre un bon mélange d’humour, d’action et d’émotion. Un univers exotique plein de charmes qui reste un divertissement loin de la réalité historique évidemment.
Combats de titans, magie, mystère… un manga qui compte actuellement 6 tomes aux éditions KiOon, qui vous divertiront tout en vous apprenant des choses sur l’histoire de l’Egypte. Histoire dont on reparlera prochainement lorsque je vous présenterai « Reine d’Egypte », une fresque historique consacrée à Hatchepsout, la première grande reine de l’histoire de l’humanité !

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload