Les Danois (Clarke)

January 12, 2018

Et si, demain, des enfants blonds aux yeux bleus naissaient dans des familles d'origines arabe, asiatique, africaine... Quelle serait la réaction de la population ?

 

Copenhague, 2018. Sorraya, une immigrante d’origine jordanienne accouche d’un poupon blond aux yeux bleus. Il ne fait pas de doute qu’il y a eu adultère, sauf que les tests indiquent qu’il n’en est rien. À l’hôpital, elle partage sa chambre avec Kirsten, une danoise de souche. Son enfant présente également des traits nordiques ; la chose est étonnante, car la femme a trompé son conjoint avec un Mauritanien. Le phénomène prend de l’ampleur et partout en Europe des dizaines de milliers de bambins naissent sans avoir les caractéristiques de leurs parents. L’impact social est immédiat. L’industrie pharmaceutique cherche un remède, les émeutes éclatent et les autorités ferment les frontières en espérant bloquer le virus. 

Voilà le point de départ de l'histoire. Une fable, signée Clarke.
Une uchronie étonnante réalisée par l'auteur du non moins singulier Dilemma.

 

Comme à son habitude, Clarke nous offre un dessin efficace qui appuie l'histoire avec un découpage varié et les arrière-plans (décors et personnages) sont esquissés, l'essentiel n'étant pas là. Il nous présente ici un problème sociopolitique dont les conséquences sont assez plausibles. Les enfants qui naissent sont en parfaite santé mais leur différence de couleur fait que l'on croit en une épidémie mortelle. La question se pose alors; en éliminant les particularités physiques, les distinctions culturelles s'éliminent-elles aussi ?

 

Nous sommes dans ce récit à contre-courant de notre actualité. Les immigrés veulent retourner chez eux en raison de cette soi-disant épidémie et différents thèmes sont abordés qui peuvent ouvrir le débat et remettre en place nos a priori.

Une fable qui est dans l'ère du temps, sans prétention. Une variation sur la question de l'eugénisme (l'amélioration du patrimoine génétique).
La fin du récit est un peu particulière à mon sens, mais je vous laisse la découvrir.

 

Nous sommes évidemment bien loin de l'humour de "Mélusine" ou de "Mister President".

Clarke est dessinateur et scénariste belge et à travers ce titre, il ne veut pas faire passer de message. Il nous livre simplement sa perception du monde à travers sa lorgnette. Avec sa contagion du virus blond aux yeux bleus, il inverse de manière absurde la mixité.

Une des personnages principaux de l'histoire est le hasard. Hasard qui est aussi intervenu dans la réalisation du récit et au fil des rencontres de l'auteur.

 

Un titre d'actualité donc. Clarke dit d'ailleurs ceci ; "Les migrations ont toujours existé, ce n'est pas grave, ce n'est pas effrayant."

Un titre à lire, puis à relire pour mieux l'appréhender.  

 

 

 

Tags:

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags