INFECTION

January 10, 2018

Il s’agit ici d’un manga survival horror qui fait suite à de nouvelles séries chez Delcourt-Tonkam comme Hunt ou Dead Tube.
À la réalisation nous découvrons Toru Oikawa, encore inconnu chez nous mais il est cependant l’auteur de la série Shin Sekai Yori qui a du succès au Japon.

Infection est pré publié depuis 2015 là-bas et y compte déjà 7 tomes. Les fans de la série « High school of the dead » qui est en pause depuis plusieurs années déjà devraient s’y intéresser vu la foison de zombies qui arrivent ici.

L’histoire est la suivante :
Une infection s’est répandue dans la ville et transforme les gens en morts-vivants. Des lycéens en plein flirt jouent à s’enfermer en couple dans la réserve de leur gymnase.
Quand le tour d’Haruki et Kirara se termine, personne ne vient les délivrer. Inquiets, ils se libèrent et découvrent l’horreur. Les morts reviennent à la vie et mordent les vivants pour les infecter. Pour éviter la pandémie, le gouvernement coupe la ville de l’extérieur. Haruki et un groupe d’élèves vont tout tenter pour s’en sortir. Ils vont devoir lutter pour leur survie et s’adapter à ce nouveau monde.

 

Un manga dont le cocktail est classique ; horreur, action et ecchi. (Pour information, ecchi en japonais signifie « indécent » et dans un manga cela se traduit par la présence de personnages dont on voit les sous-vêtements mais on reste dans des limites encore correctes.)

INFECTION étant tout de même destiné à un public averti…. Vous voilà prévenu !

 

Le scénario n’est pas des plus fabuleux et les moments dits « ecchi » sont aussi un peu tirés par les cheveux. Ils sont enfermés dans une réserve et ne s’inquiète de pouvoir en sortir qu’après plusieurs jours… cela n’est pas des plus plausible. Et le bon goût s’éloigne de temps à autre lors de certaines scènes. La point ecchi érotique dans cette histoire n’est à mon avis, pas nécessaire et n’apporte rien. Si vous êtes fan de la série « Walking Dead » vous aurez eu certainement de temps à autre l’envie d’en étriper l’un ou l’autre par rapport à son comportement dans des situations demandant un comportement prudent. Ici dans le manga, vous aurez envie des tous les étriper tellement leur comportement ne colle pas du tout à la situation qu’ils vivent. Les bases au niveau de la pandémie sont cependant bien posées dans ce premier volume.

 

Au niveau graphique, Toru Oikawa possède un talent certain, notamment pour les jolies demoiselles. Le récit est dynamique et peu sanglant au final, le côté « gore » des infectés se manifestant par la présence de vers grouillants dans les cavités infectées et le côté coquin prenant plus souvent le dessus.

 

Mon avis est donc un peu mitigé pour ce premier tome, mais soyons positifs et espérons que la suite puisse faire décoller cela un peu mieux.

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags
Please reload