Les grandes batailles navales de l'histoire

Les grandes batailles navales.


Un peu d’histoire, et il faut souligner que souvent la bande dessinée permet d’aborder l’histoire.

Jean-Yves Delitte revient et nous propose une nouvelle collection intitulée « Les grandes batailles navales ». Une collection qui nous plonge au cœur des plus grandes batailles navales de l’histoire, de l’Antiquité à la seconde guerre mondiale.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Jean-Yves Delitte, sachez qu’il est le peintre officiel de la marine et qu’il est membre titulaire de l’Académie des Arts & Sciences de la mer. Nous lui devons entre-autre la série Black Crow et « Black crow raconte » avec de magnifiques albums sur des navires tels que « l’Hermione » de Lafayette, la Boussole et l’Astrolabe ou encore la Bounty mais aussi la série sur le Belem ou encore U-boot traitant d’un sous-marin Allemand de la seconde guerre mondiale retrouvé en Amazonie en 1951.

Triple parution cette semaine, nous allons pouvoir découvrir les 3 premiers albums de cette magnifique série.


Et tout d’abord « Trafalgar », l’histoire d’une défaite annoncée. Nous sommes en 1805. Napoléon Ier a le projet de mener la guerre sur les terres mêmes de son éternel ennemi, l’Angleterre. Mais il doit d’abord se débarrasser de la flotte anglaise et c’est au vice-amiral de Villeneuve que revient la tâche ardue d’attirer la Royal Navy loin de ses côtes pour libérer le passage. Malheureusement pour l’empereur, son plan échoue et le vice-amiral de Villeneuve devra aller à la rencontre de son destin et tenter de forcer le blocus anglais, persuadé qu’il peut vaincre. Il connaît tout de Nelson, sa flotte est supérieure en nombre et ses vaisseaux n’ont rien à envier aux Anglais. Mais l’amiral français a oublié que la puissance d’une flotte ne se trouve pas que dans les canons et le gréement des vaisseaux...La bataille de Trafalgar deviendra ainsi la plus grande victoire de la Royal Navy et le pire affront pour la marine française.


« Jutland » ensuite. Trop d’audace a conduit au désastre.

31 mai 1916. Après plus de deux ans d’attente et plusieurs occasions manquées, la Royal Navy anglaise, dont la Grand Fleet est commandée par le vice-amiral John Jellicoe et l'escadre des croiseurs de bataille par le vice-amiral David Beatty, contraint les Allemands à une grande confrontation navale en mer du Nord au large des côtes danoises du Jutland. Mais leur blindage est trop allégé et il suffira d'une bordée d’obus allemands pour embraser les vaisseaux de guerre anglais et bouter le feu à la cordite, un nouvel explosif d’une puissance alors jamais égalée avec les conséquences que l’on imagine aisément. Alors que la bataille entre les deux flottes ne fait rage que depuis peu, la Royal Navy perd trois de ses fleurons et plus de 3.000 hommes. Si victoire il y a, elle eut un goût amère, assurément… Jutland fut la dernière grande confrontation maritime de la Première Guerre Mondiale.


Chesepeake : Le combat pour la liberté

3ème tome de la série, nous sommes fin du XVIIIe siècle. Même si la bataille de Chesapeake ne sera pas une cuisante défaite pour la Royal Navy, elle marquera surtout un tournant dans la guerre qui se joue dans les colonies anglaises et contribuera à la victoire finale pour l’indépendance américaine.


3 batailles navales magnifiquement illustrées dans ces 3 premiers albums qui seront suivis de 5 autres comme Tsushima en 1905 au Japon, Lépante en 1571 en Grèce, Hampton Roads, combat naval durant la guerre de sécession en 1862, Stamford bridge lors de la conquête normande de l’Angleterre en 1066 et enfin Salamine en 480 av. J.C. qui verra la flotte Grecque affronter la flotte Perse.


Et en ce qui me concerne, cette série m’a touché ! Mais pas encore coulé.

Bon weekend.




à la une
Chroniques récentes
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2014 by VeHeM Production - Tous droits réservés - Archibald & Co

Toutes les reproductions de dessins de BD utilisés sur le site appartiennent aux auteurs et éditeurs.

leur utilisation sur le site ne sert qu'à illustrer et promouvoir la Bande Dessinée.