Shi - Zidrou & Homs

January 20, 2017

Alors avant de parler de la BD du jour, juste un petit mot sur une sortie un peu particulière intitulée « La mémoire des pierres ».


C’était l’année passée déjà, le 28 avril 2016, René Hausman s’éteignait à l’âge de 80 ans, chez lui à Verviers et quelques heures plus tôt il travaillait encore sur les planches de « La mémoire des pierres ». Scénarisé par son épouse Nathalie Troquette et son ami Robert Reuchamps il préparait ce nouvel album. Un récit sur mesure où son amour pour la nature, les animaux, mais aussi les hommes et les femmes, trouvait un champ d’exploration pictural tout à la fois familier et renouvelé. Cet album qui sort cette semaine présente le carnet préparatoire de René Hausman ainsi que les 7 premières planches qu’il aura pu terminer.
Un peu comme le « Tintin et l’Alph Art » qu’Hergé nous aura laissé inachevé, Nathalie Troquette son épouse, nous permet ici de découvrir les prémices de ce qui aurait pu être un magnifique récit au travers de ce carnet préparatoire tout simplement surprenant.

 

 

Mais revenons à la chronique du jour et le nouvel album de Zidrou et Homs : Shi dont le premier tome vient de sortir aux éditions Dargaud et s’intitule « Au commencement était la colère ».

 

Nous sommes à Londres en 1851, pour cacher un scandale qui pourrait nuire à la prestigieuse exposition universelle, le cadavre d’un nourrisson est enterré dans les jardins du lieu qui accueille l’événement. Deux femmes, une noble anglaise et une japonaise, la mère de l’enfant, partent en croisade contre l’Empire britannique pour élucider ce crime. Entre société secrète et manipulation corruptrice, les deux jeunes femmes, que rien ne lie, vont s’unir pour exposer la face cachée d’une machination infernale.

 

Une nouvelle série scénarisée par Zidrou et un premier tome un peu déstabilisant. En effet, le récit débute à notre époque puis l’histoire fait un saut en arrière pour nous envoyer en plein Londres Victorien. Le temps d’une poursuite sur les toits de Londres et nous voilà emmenés en 1851 lors de la toute première exposition universelle. Ce n’est qu’à la fin de l’album, que l’on comprend le lien entre ces scènes et rassurez-vous je ne dévoilerai rien ici. Le récit principal tourne autour de ces deux femmes, Jennifer l’anglaise et Kitamakura la japonaise qui bien que ne parlant pas la même langue vont tenter d’élucider le crime de ce bébé. Un scénario très réussi donc avec encore d’autres petites choses que je ne vous dévoilerai pas au risque de  gâcher votre plaisir lorsque vous le lirez.


Un premier tome sombre, mystérieux et intriguant qui est une réussite à tous points de vue de la couverture au scénario en passant par l’ambiance. Si vous avez lu et aimé « Les quatre de Baker Street », « Holmes » ou encore « Peter Pan » de Loisel, voilà qui devrait vous ravir.

Le dessin de José Homs (dessinateur de la série Millenium) est tout simplement magnifique et colle parfaitement au récit. Une première édition à ne pas rater car elle présente en plus un carnet graphique reprenant les recherches de couverture.

 

Une très très belle sortie pour ce début d’année.

 

 

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags
Please reload