Golden Kamui

January 4, 2017

 

Alors pour commencer cette année, je vais vous présenter un manga intitulé "Golden Kamui", un manga qui va nous immerger en terre sauvage japonaise. Véritable manuel de survie, ce manga qui vient de débuter l'année passée, propose de découvrir une époque et un territoire hostiles, peu explorés dans le manga japonais. Vétérans de guerre, chasseurs indigènes et ruée vers l’or. Mais ne vous y trompez pas, nous ne sommes pas dans un western américain mais dans les immensités sauvages d'Hokkaido et nous allons explorer une tranche de l’histoire japonaise rarement abordée dans les mangas. Le premier tome, sorti à la fin d’août 2016 nous raconte les aventures de Saichi Sugimoto, vétéran de la guerre russo-japonaise du début du XXe siècle. Surnommé “l’Immortel”, il a survécu aux pires batailles menées dans les régions les plus sauvages qui soient. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou… C’est alors qu’il apprend l’existence d’un fabuleux trésor de 75 kilos d’or accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Hélas, le magot a été volé, puis caché par un homme désormais enfermé dans la pire prison d’Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages inscrits sur la peau de criminels évadés…Pour Sugimoto, la chasse au trésor est lancée… Cependant, seul, il a peu de chances de s’en sortir. À peine sa quête commence-t-elle qu’il manque de se faire déchiqueter par un ours brun ! Il ne doit la vie qu’à l’intervention providentielle d’Ashirpa, jeune indigène liée aux propriétaires légitimes du butin. Ils décident de faire équipe pour affronter les nombreux dangers qui les guettent sur la route de l’or des Aïnous…

Pour écrire et dessiner "Golden Kamui", son auteur, Satoru Noda, trouve tout d’abord l’inspiration dans sa propre histoire familiale. Originaire d’Hokkaido, il choisit de donner le nom de son arrière-grand-père, lui aussi revenu de la guerre russo-japonaise, à son héros, Saichi Sugimoto. Mais le mangaka a également assorti le récit de nombreux faits documentés, notamment en ce qui concerne la chasse – qu’il pratique lui-même –, la ruée vers l’or à l’ère Meiji, ainsi que pour la représentation du quotidien des Aïnous, peuple indigène de l'île d'Hokkaido, peu connu, même des Japonais. Satoru Noda aurait même passé du temps en compagnie des derniers représentants aïnous afin de décrire au mieux leurs traditions et leur mode de vie.
D'après Ki-oon, l'éditeur du manga, « Kamui », dans le titre de la série fait d’ailleurs référence aux esprits, aux divinités aïnous.

Un manga dont l’ambiance vous fera penser au film « The Revenant » avec Leonardo Di Caprio. Sans pour autant perdre de vue une intrigue efficace, les nombreux détails donnent de la crédibilité aux scènes de chasse et de combat, qui n’ont rien à envier à "The Revenant". Mais c’est surtout la collaboration bienveillante entre le loyal Sugimoto et la jeune chasseuse aïnou, Ashiripa, en milieu hostile, qui finit de convaincre.

 

Une plongée historique et ethnologique sans effort, loin des clichés sur le Japon, mélange de quête initiatique et de chasse au trésor en milieu hostile, la série séduit d’emblée aussi bien par son ambiance que ses personnages humains ou sa densité culturelle. Nous voilà face à une excellente introduction, et la série que je vous invite vivement à découvrir retient déjà toute notre attention avec ses 3 premiers volets. Le quatrième tome sortira le 9 février prochain.

 

Je vous souhaites un merveilleuse année 2017, pleine de bonnes lectures BD, Manga et Comics et évidemment une excellente année à tous les auditeurs d'Up Radio.

 

 

 

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags
Please reload