Shangri-La

Nous allons aujourd’hui nous balader dans le futur de notre bonne vieille terre avec Shangri-La de et par Mathieu Bablet.

Auteur du prometteur « La belle mort » et du conte hypnotique « Adrastée » et remarqué notamment pour sa participation à des récits dans l’anthologie Doggybags, il signe ici un one-shot étonnant, ambitieux et somptueux.


Les hommes ont abandonné la terre ?

Hé oui, elle n’était plus vivable et il a fallu l’abandonner pour qu’elle puisse se régénérer sans nous. Nous sommes dans un futur lointain et des hommes et des animaux cohabitent dans une station spatiale.


Un futur lointain de quelques centaines d’années… pas si lointain que cela finalement… Les hommes vivent dans une station spatiale loin de la Terre et régie par une multinationale à qui est voué un véritable culte. En apparence, tout le monde semble se satisfaire de cette « société parfaite ». Mais dans ce contexte, les hommes veulent repousser leurs propres limites et devenir les égaux des dieux. C’est en mettant en place un programme visant à créer la vie à partir de rien sur Shangri-La, une des régions les plus hospitalières de Titan, qu’ils comptent bien réécrire la « Genèse » à leur façon au travers d’expériences étranges. Mais la révolte gronde...Et le héros quant à lui est chargé d’enquêter sur de mystérieuses explosions dans certaines stations-laboratoires qui étudient justement ce processus de création de la vie « à partir de rien ».

Il s’agit ici de Science-fiction donc et franchement c’est de la bombe (comme on dit chez les jeunes). Il faut dire que l’album superbement relié avec un dos toilé et une couverture matte, compte tout de même 222 planches. C’est le premier récit S-F du label 619 chez Ankama Editions.


Le scénario est bluffant de par son audace narrative et la construction millimétrée de chaque personnage. C’est comme un puzzle qui nous mène vers l’inconnu avec une force incontrôlable. En plus, ce récit est une critique plutôt féroce de notre société consumériste. (vous savez, cette société qui fait que même si votre téléphone fonctionne très bien, il vous faut absolument le nouveau modèle qui vient de sortir). Et chacun s’y retrouvera un peu je pense. En tous cas, le récit est brillant mérite d’être adapté en film.


Et puis il y a le graphisme… absolument fabuleux. L’auteur nous offre de grandes planches avec des décors vertigineux dans lesquels vous plongerez pour rejoindre cet univers spatial hallucinant.


Un trait fin et réaliste dans les différents lieux du vaisseau-monde avec un concept architectural cohérent. Des couleurs intenses, nettes et précises nous donnent le ton des ambiances et des lieux en jouant avec les monochromies par séquence dans une cité où le soleil ne se lève jamais.


Personnellement j’ai été bluffé par cet album fabuleux et c’est mon gros, très gros coup de cœur de cette fin d’année.


à la une
Chroniques récentes
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

© 2014 by VeHeM Production - Tous droits réservés - Archibald & Co

Toutes les reproductions de dessins de BD utilisés sur le site appartiennent aux auteurs et éditeurs.

leur utilisation sur le site ne sert qu'à illustrer et promouvoir la Bande Dessinée.