Les Mangas .. ? Késako ? - Kiriko

October 14, 2016

Alors effectivement, dès ce vendredi je vous rejoins sur UpRadio pour 2 rubriques hebdomadaires.
La première maintenant à 16h30 qui sera principalement consacrée aux Mangas et tantôt à 17h30 sur la Bande dessinée.

 

Alors ? Le manga… késako ?

 

Au Japon, pour le manga tout débute avec des magazines de prépublication. Il en existe environ 300 (pour certains la pagination peut atteindre les 700 pages) qui visent tous un public différent, selon l’âge, le sexe et la catégorie socioprofessionnelle. Le plus important est le Shonen Jump tiré à plus de 5 millions d’exemplaires.

Ces hebdomadaires ne sont pas chers en rapport à leur pagination (en moyenne ils sont à 230 yens, soit un peu moins de 2 euros).

 

En général les Japonais les lisent durant leur trajet en transport en commun et les jettent ensuite.

 

Ces hebdomadaires sont imprimés en noir et blanc sur du papier recyclé et comportent une dizaine de chapitres de manga différents. Leur production est donc intensive pour les auteurs, appelés mangaka.

Et généralement ils forment des studios comme par exemple le Studio Mashroom de Katsuhiro Otomo (Akira) ou le Bird Studio d’Akira Toriyama (Dragon Ball).

 

Lorsqu’une série plaît au public, elle est publiée dans un format poche et souple (celui que l’on trouve en Europe) sur du papier de meilleure facture et avec une plus belle qualité d’impression. Ces manga d’environ 200 pages se déclinent en séries qui peuvent atteindre un grand nombre de volumes, comme One Piece ou Fairy Tail par exemple qui en comptent au moins 80. C’est l’équivalent de nos albums de BD franco-belges. À la différence près que le rythme de parution est plus soutenu : plusieurs tomes sortent durant l’année, contrairement aux auteurs européens qui publient un album par an en moyenne.

 

Alors, aujourd’hui je vais vous parler d’un manga qui est sorti fin septembre et dont le titre est "Kiriko". Ce n'est pas le début d'une longue série, mais simplement un one-shot réalisé par Shingo Honda qui est aussi l'auteur de la série horrifique "Hakaiju".

L'histoire nous raconte les retrouvailles de 6 camarades de classe dans leur vieux collège isolé et abandonné grâce à une lettre signée par un certain K presque 16 ans après la mort d'une de leur condisciple, Setsuko Okumura. Mais très vite la réunion va prendre une tournure étrange, Il se pourrait bien qu'un tueur se soit introduit parmi eux. Le premier mort arrive déjà avec son lot de mauvais souvenirs, tout ne semble finalement pas si rose que cela. Mais qui est donc cette mystérieuse créature que leur veux tant de mal.

 

Comme l'auteur le dit lui-même, il a voulu dessiner un manga dans le style des films d'horreur Japonais mais il a pris une tournure un peu différente.

Et c'est très bien réussi, bien maitrisé et même amusant. Il ne faut donc pas le lire en se braquant dans le style occidental, sinon il vous semblera plat, peu intéressant et illogique. Les graphismes se prêtent bien à l'histoire, le thème est bien abordé, le scénario est bien ficelé même si au final on reste sur un format court et on ne sait donc pas s'attacher aux personnages qui le mériteraient.
Le récit n'est pas centré uniquement sur l'aspect gore et horrifique propre au genre mais aussi sur l'aspect psychologique.des individus. Méfiez-vous des apparences, car dans ce titre il est aussi question de ce qu'on est et de ce qu'on veut laisser paraître, mais aussi de la manière dont on est perçu et dont on perçoit la réalité…. 

Un One-shot à conseiller si vous voulez lire si vous voulez sortir des sentiers habituels du manga.

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload