à la recherche du monstre

July 22, 2016

Alors avec l’été et la chaleur, les éditeurs sont peu productifs et donc de la mi-juillet à la mi-août, il n’y a pour ainsi dire pas de nouveautés, ce qui nous laisse le temps des vacances pour finir de lire tout ce que vous n’avez pas encore eu le temps de lire vu que par moment on ne sait plus suivre tant il y a de sorties.

 

Alors aujourd’hui je vous propose un petit retour en arrière avec un titre qui vaux le détour je pense et que je n’ai pas eu l’occasion de vous présenter. Cela s’intitule « à la recherche du monstre » par Bettina Egger, qui est paru en mars de cette année et  que l’on pourrait classer dans la Bande dessinée d’auteur.


Bettina Egger est une autrichienne qui vit en France et publie régulièrement des nouvelles graphiques dans divers magazines et fait aussi du dessin de presse. Elle est aussi à l’origine du projet « Frank Zappa en BD » qui est un collectif international rassemblant des auteurs de différents horizons esthétiques et géographiques et proposant des visions originales en BD de la vie et de l’œuvre de Frank Zappa célèbre guitariste décédé dans les années ’90..

 

Le résumé de « à la recherche du monstre » est le suivant :

 

 « Depuis des dizaines d’années, Paul Niort consacre ses recherches à l’Heloderma Europeanum ou  Tatzlwurm, animal jusqu’alors inconnu et seulement décrit dans des légendes tyrolienne. Chercheur et chasseur de monstres, le scientifique vit seul avec sa gouvernante à Strasbourg. Un jour, il reçoit une lettre l’invitant au Tyrol : Jokob a enfin des indices forts pour retrouver l’animal fabuleux. Il a retrouvé une photographie floue d’un certain Balkin comportant le Tatzlwurm. Le voilà débarquant dans les Alpes autrichiennes, un lieu qui lui aussi se transforme avec l’arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne. »

 

Il s’agit d’une aventure scientifique assez réussie et très agréable à la lire. Le récit repose sur la cryptozoologie (étude des animaux disparus) qui fascine les plus jeunes comme les plus âgés. Animal légendaire le Tatzlwurm – arassas en français – est connu des amateurs de sculptures des églises. Reptile à tête de chat affublé de deux pattes avant qui fait l’objet de recherches depuis plusieurs décennies (je vous en mettrai une représentation sur le blog).

 

L’auteure autrichienne prend donc le prétexte de cette quête pour nous parler de son pays, de la relation entre deux hommes dans un belle nature avec en filigrane un autre monstre qui commence à prospérer en Europe : le fascisme. On peut donc faire un beau parallèle entre l’Arassas et le Nazisme, comme si le petit animal dangereux car méconnu était l’allégorie du régime hitlérien.

 

Graphisme de qualité en noir et blanc. Un dessin doux, fait de nombreuses hachures, qui tranche avec le toile de fond plus sombre du récit.

 

C’est donc à découvrir aux éditions Mosquito.

 

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags
Please reload