Au revoir M. Hausman

April 29, 2016

René Hausman

 

Illustrateur et auteur de grand talent de bande dessinée René Hausman est décédé à son domicile de Verviers ce jeudi 28 avril, alors qu’il venait de fêter ses 80 ans le 21 février dernier.

 

Bien connu du grand public pour ses dessins de fées et autres créatures imaginaires, c’est en 1958 et âgé de 22 ans que René Hausman rencontre l’auteur de BD belge, Raymond Macherot, lequel le fait rentrer chez Spirou. Véritable âge d’or de sa carrière, il devient l’illustrateur animalier officiel du Journal de Spirou. S'il anime dans ce magazine une série de bande dessinée, Saki et Zunie, et qu'il publie de temps à autres des récits complets, il y est surtout célèbre pour le Bestiaire, ses pages sur les animaux, où il peut déployer tout son talent d'illustrateur. Des centaines d'animaux seront ainsi étudiés et le tout sera publié ensuite sous la forme d’un magnifique recueil.

 

Il réalisera alors aussi le grand fabulaire du petit peuple, ensemble de fiches descriptives de tous les petits êtres imaginaires peuplant les bois de nos contrées

Il se tourne ainsi dans l’illustration des univers féeriques, personnages scénarisés par l’auteur Pierre Dubois. Arrive alors Laïyna — composé de deux tomes, une saga racontant l’histoire d’une jeune femme qui rencontre nains et elfes dans une ambiance sombre et cruelle. 

 

En 2008, René Hausman et son épouse Nathalie Troquette créent leur maison d’édition Luzabelle, tournée dans la diffusion de deux univers, chers au couple : la Nature et le monde légendaire. 

 

Dans un premier temps, les Éditions Luzabelle republient, de manière très soignée et dans un format plus grand restituant tout le caractère du dessin, des planches animalières du grand bestiare parues jadis chez. Dans le même esprit, une réédition du Grand Fabulaire du petit peuple  est envisagée sous une forme nouvelle à savoir un magnifique portfolio reprenant les plus belles illustrations.

 

Dans sa bibliographie, on trouve d’excellents titres comme « Les Trois cheveux blancs », « Le prince des écureuils », « Les chasseurs de l’aube », « Le camp volant » ou encore plus récemment « Capitaine trèfle ». De magnifiques récits nous invitant à découvrir la nature selon Hausman et la magie des univers féériques et des contes légendaires de nos contrées.

 

Cette année, l’illustrateur s’était magnifiquement réapproprié le personnage de Chlorophylle (un lérot, petit rongeur, crée par Raymond Macherot en 1956), sur un scénario de l'auteur belge Jean-Luc Cornette dans l’ouvrage Chlorophylle et le Monstre des Trois Sources (qui avait d’ailleurs fait l’objet d’une de mes chronique précédente).. 

  

J'ai eu plusieurs fois l'occasion de le rencontrer et de discuter avec lui. C'était un grand Monsieur, d'une extrême gentillesse et d'une grande bonté. Je me souviens du grand fabulaire du petit peuple qui était paru dans Spirou et que je dévorais chaque semaine. En 2013, nous en avions parlé tous les deux lors de la sortie du portfolio consacré au petit peuple. Une rencontre avec le maître et son épouse, que je n'oublierai pas de sitôt.

Nous nous sommes aussi croisés quelques fois sur les festivals pendant lesquels il réalisait méticuleusement de magnifiques dédicaces à l'aquarelle sous les yeux émerveillées des plus jeunes.

 

Un talent immense qui s’en est allé rejoindre le monde féérique qui lui était si cher.

 

1/13

 

 

Please reload

à la une

Père Fouettard Corporation

21/11/2018

1/2
Please reload

Chroniques récentes

19/01/2018

17/01/2018

10/01/2018

05/04/2017

Please reload

Search By Tags
Please reload